De la grossesse aux premiers pas de votre bébé

Grossesse

Choisir entre accoucher par voie naturelle ou par césarienne

Pour une femme, la grossesse et l’accouchement constituent des événements tout à fait naturels. Cependant, chaque femme vit ses expériences différemment et les changements sont importants tant au niveau de son corps que dans sa tête. A l’approche de l’accouchement, la femme doit faire face à un choix essentiel. Ce choix consiste soit à accoucher par voie naturelle soit par césarienne et doit se discuter entre le couple et le gynécologue.

Accouchement

 

L’accouchement par voie naturelle

L’accouchement par voie naturelle est l’option la plus privilégiée pour toute femme enceinte. Cela consiste à accoucher par voie basse et se déroule en trois phases. D’abord, le col de l’utérus commence à se dilater puis à s’ouvrir petit à petit. A ce stade et lorsque la dilatation se situe entre 2 et 6 cm, la patiente peut demander une péridurale si elle le souhaite. Lorsque le col est suffisamment dilaté soit de 10 cm, elle entre dans la phase d’expulsion. Pendant une demi-heure, les contractions sont rapprochées et plus longues, ce qui l’obligera à pousser. Normalement, la tête du bébé sort en premier. Et enfin, vient la délivrance ou l’expulsion du placenta vu que les contractions continuent mais sont beaucoup moins intenses.

 

L’accouchement par césarienne

L’accouchement par césarienne est effectuée lorsque l’accouchement par voie basse n’est pas possible ou par choix de la future mère. Dans ce cas, il s’agit d’une opération consistant à ouvrir le ventre de la mère pour en faire sortir le bébé. La césarienne peut être… Continuer la lecture

Bien vivre sa grossesse au bureau

Vous êtes enceinte. Vous effectuez un boulot qui vous prend assez de temps et cela vous stresse énormément. Mais, vous ne savez pas comment faire pour sortir de cette situation et bien vivre votre grossesse au bureau. Voici les conseils à suivre pour y arriver.

Prendre avant tout connaissance de la loi

Une femme enceinte qui travaille dans un bureau doit avant tout prendre connaissance de la loi. En effet, la loi lui permet de bénéficier de certaines libertés. Elle peut faire des consultations médicales pendant le travail et son poste doit être aménagé au cas où le travail peut affecter sa santé. Elle ne doit pas non plus travailler plus de 10 heures par jour.Se mouvoir est très importantBouger beaucoup est recommandé à la femme enceinte. Même si vous effectuez un boulot qui demande d’être beaucoup assise ou debout, il faut trouver des moments pour marcher un peu et faire des étirements. Cela va améliorer la circulation sanguine. Vous pouvez aussi en profiter pour respirer du bon air à l’extérieur.

Un aménagement de son lieu de travail s’impose


Ne pas se laisser déborder par son travail

L’aménagement de votre bureau vous permettra de bien vous sentir et de ne pas ressentir la fatigue. Adopter aussi de bonnes positions au bureau. Par exemple, placer un coussin au niveau des reins et soyez assise droit dans le fauteuil de votre bureau.

Même si votre travail vous tient énormément à cœur, ce n’est pas une raison de trop… Continuer la lecture

L’examen du bébé après la naissance

Le nouveau-né doit être examiné au minimum deux fois par un pédiatre :

Dans les premières 24 heures, soit en salle d’accouchement, soit à son arrivée en pouponnière.

Puis à la sortie, au 4eme ou 5eme jour (premier certificat obligatoire d’examen du 8e jour). Le bébé est, à chaque fois, examiné tout nu dans une pièce bien chauffée ou sur une table spéciale d’examen avec un chauffage orienté.

ASPECT GÉNÉRAL : Tout d’abord, le médecin observe le bébé dans son ensemble, sa coloration à la recherche d’une pâleur (signe d’anémie), d’une rougeur trop importante (signe de polyglobulie, c’est-à-dire d’excès de globules rouges), d’une cyanose (signe de froid, de mauvaise respiration) d’une pathologie cardiaque éventuelle, d’un ictère ou jaunisse (signe d’excès du taux de bilirubine). Il regarde les mouvements spontanés du bébé, de ses membres, sa réactivité a la stimulation. Il inspecte sa peau, recherche des hématomes surtout au niveau du crane, témoin d’un accouchement plus difficile. La tète et le cou : Il y a souvent des petites blessures au sommet du crane du bébé, qui correspondent à la pose d’électrodes de surveillance au cours de l’accouchement. Il faut veiller a leur bonne cicatrisation. On vérifie les sutures des os du crane, la taille des fontanelles. La grande fontanelle est située en position médiane derrière l’os frontal et impressionne souvent la maman. Si elle est grande, elle peut être animée de battements qui correspondent à des battements vasculaires. Ceci est tout à fait normal. Elle peut être plus… Continuer la lecture

Accoucher de jumeaux

Selon les médecins, accoucher de jumeaux est vue comme un accouchement à risque car les complications ne sont jamais loin. Et pourtant, lorsque l’on ne détecte aucun anomalie spécifique, la progression de la mise bas de jumeaux est pratiquement la même que celle d’un accouchement habituel.


JumeauxOpter pour l’accouchement par voie naturelle ou pour la césarienne ?

Si la future maman ainsi que ses bouts de choux ne manifestent aucun problème de santé spécial et que la position des jumeaux est normale, il n’est pas nécessaire de programmer une césarienne. L’équipe médicale peut donc opérer un accouchement par voie naturelle.  Un recours à la césarienne peut être décidé durant la phase d’accouchement, dans le cas où le premier jumeau se présente par son siège. Si en outre, il est tête en bas, mais que le second jumeau se présente par le siège et que le médecin ne parvient par à rectifier sa position en effectuant une manœuvre utérine, la césarienne est aussi de mise. La césarienne peut également être choisie dans le cas où le second jumeau ne présente aucun problème mais qu’il prenne du temps à sortir ou qu’il soit en souffrance « fœtale ».

 

L’accouchement proprement dit

Lorsque la césarienne n’est pas de rigueur, la mise bas de jumeaux se déroule quasiment de la même manière qu’un accouchement habituel. Dès lors que le premier est né et après que son cordon ait été coupé, la sage-femme vérifie comment le deuxième bébé se présente… Continuer la lecture

Attendre des jumeaux ou plus

Quand la nouvelle tombe, elle fait souvent l’effet d’une bombe. Une grossesse multiple, c’est du bonheur en plus mais aussi des précautions à prendre et de l’organisation.  Les vrais jumeaux sont issus du même œuf issu de la fécondation d’un spermatozoïde et d’un ovocyte. Ce n’est que par la suite que cet œuf se divise en deux parties égales qui vont parallèlement se développer. Les deux enfants qui en résulteront auront le même patrimoine génétique. Les faux jumeaux sont issus de deux œufs différents chacun résultant d’une rencontre spermatozoïde ovocyte différente. Les enfants ont des patrimoines génétiques différents.

Jumeaux

COMMENT SE NOURRISSENT LES JUMEAUX

Les faux jumeaux ont chacun un placenta et une cavité amniotique propre. Les vrais jumeaux, la plupart du temps, ont un placenta commun et chacun une cavité amniotique, mais d’autres configurations sont possibles telle que celle décrite précédemment ou encore un placenta et une cavité à se partager. Les grossesses multiples sont considérées comme des grossesses à risques et en conséquences, le suivi de la future maman sera plus sérieux et d’autant plus si elle attend plus de deux enfants. Au premier trimestre de la grossesse, le risque d’avortement spontané est plus important. Plus tard il ne faut pas négliger ceux de naissance prématurée. Les jumeaux naissent en règle générale avant le terme officiel. Il est aussi fréquent que l’un des deux soit plus faible. On conseille aux femmes qui attendent plusieurs enfants d’accoucher dans une maternité de type Il ou III (les maternités de type… Continuer la lecture

Les grossesses à risques

Les grossesses à risque

Lors de la première visite prénatale avec le gynécologue, vous ferez le bilan de votre passe médical et de vos antécédents. Ceci pour déterminer si votre grossesse est à risque.

 

L’AGE

L’âge de la mère est un facteur de risque important lors d’une grossesse. Accouchements prématurés et preeclampsie sont statistiquement plus élevés chez les mères âgées de moins de 18 ans. C’est en partie du au fait qu’elles cachent souvent leur grossesse et ne prennent pas les précautions nécessaires. Chez les femmes de plus de 38 ans on sera attentif à la tension et au bon fonctionnement des reins. Les risques de fausse couche sont également plus élevés. A partir de la quinzième semaine d’aménorrhée, on proposera de dépister la trisomie 21.

 

LES GROSSESSES ANTERIEURES

Si les précédentes grossesses ou accouchements ont été problématiques, il faut veiller a ce que la situation ne se reproduise pas. Le tonus utérin diminue avec les grossesses et les accouchements, il faut donc être vigilant a partir de la quatrième grossesse, d’autant plus que la mère, parfois trop confiante, a tendance à faire moins attention.

 

No alcool

LES ADDICTIONS

L’alcoolisme de la mère peut avoir des conséquences dramatiques pour l’enfant qu’elle porte. En effet l’alcool traverse la barrière placentaire et nuit sérieusement au développement du fœtus: malnutrition, retard mental, malformations cardiaques… Les enfants de mère alcoolique ont un facies reconnaissable, le menton fuyant, le front bombe et le nez écrasé. Ces enfants sont très agités à la naissance du… Continuer la lecture

Le bébé prématuré

bebe_small83Le transfert dans un service de réanimation du nouveau-né est une épreuve difficile pour l’enfant et les parents. Place dans une couveuse, le bébé est souvent recouvert d’une multitude de “pastilles” de surveillance de l’oxygène et du gaz carbonique dans le sang, de son rythme cardiaque, de sa respiration, de sa température. Il peut avoir besoin d’une ventilation assistée, au moyen d’une sonde trachéale ; il est perfuse car tant qu’il est en situation de détresse, il ne pourra être alimenté. Souvent les perfusions sont placée au niveau de la tête, ce qui effraie toujours les parents, mais c’est une voie d’abord plus aisée pour les médecins. Une fois que l’alimentation par la sonde sera possible, elle es souvent débutée par un gavage continu, donc par une sonde gastrique, puis par des petits repas très fréquents et enfin par le biberon.

 

Tout cela est tres impressionnants pour les parents qui ont du mal a accepter leur enfant dans sa boite en plexiglas. Le rôle du pédiatre et des puéricultrices auprès des parents est important. Ce son eux qui vont leur apprendre comment rentrer dans le service (règles d’hygiène strictes), comment prendre et toucher leur bébé des que cela est possible, comment fonctionnent les appareils, la surveillance e l’évolution. Ainsi se créent des lien~ avec cet enfant qui ne peut être ramène a la maison.

 

 

Le contact cutané est très diminué entre la mère et l’enfant. Celle ci est souvent désemparée par 1 brusque retrait du bébé. Les… Continuer la lecture

Femme enceinte : attention aux médicaments

Attendre un enfant demande un minimum de précautions à prendre. Il y a des aliments et des sports qu’il faut éviter et surtout des médicaments dont il faut se méfier. Une femme enceinte doit donc connaître les médicaments à éviter afin de ne pas mettre en danger sa grossesse.

Les risques que vous courrez

Prendre certains médicaments au cours de la grossesse peut à avoir des effets néfastes sur votre santé et sur celle du bébé. Certains médicaments peuvent franchir la barrière du placenta et passer dans le sang du fœtus. Ce qui peut provoquer une intoxication ou des malformations.

Conseils pour limiter les risques des médicaments

Attention aux médicaments car ils peuvent être très nuisibles pour votre santé. C’est la raison pour laquelle, il est recommandé de suivre ces conseils qui vous permettront de limiter les risques des médicaments.

En premier lieu, il est recommandé de ne jamais faire de l’automédication. Avant toute prise d’un médicament, il faut forcément avoir l’avis de votre médecin. Certains médicaments peuvent être conseillés pendant le premier trimestre de grossesse, mais pas dans le deuxième et troisième trimestre.

Lorsque vous vous rendez chez un pharmacien ou un médecin, il faut préciser que vous êtes enceinte. Ainsi, la personne saura les médicaments qu’il faut éviter et ceux à prescrire.

En ce qui concerne les vaccins, certains sont très nocifs pendant la grossesse. Il s’agit par exemple, du vaccin contre la fièvre jaune, l’hépatite A, la tuberculose, la brucellose, etc.

Par ailleurs, les radiographies… Continuer la lecture

Le bébé prématuré

Couveuse

Le transfert dans un service de réanimation du nouveau-né est une épreuve difficile pour l’enfant et les parents. Placé dans une couveuse, le bébé est souvent recouvert d’une multitude de “pastilles” surveillance de l’oxygène et du gaz carbonique dans le sang, de son rythme cardiaque, de sa respiration, de sa température. Il peut avoir besoin d’une ventilation assistée, au moyen d’une sonde trachéale ; il est perfusé car tant qu’il est en situation de détresse, il ne pourra être alimenté. Souvent les perfusions sont placées au niveau de la tête, ce qui effraie toujours les parents, mais c’est une voie d’abord plus aisée pour les médecins. Une fois que l’alimentation par la sonde sera possible, elle est souvent débutée par un gavage continu, donc par une sonde gastrique, puis par des petits repas très fréquents et enfin par le biberon.

Tout cela est très impressionnant pour les parents qui ont du mal à accepter leur enfant dans sa boite en plexiglas. Le rôle du pédiatre et des puéricultrices auprès des parents est important. Ce sont eux qui vont leur apprendre comment rentrer dans le service (règles d’hygiènes strictes), comment prendre et toucher leur bébé des que cela est possible, comment fonctionnent les appareils, la surveillance et l’évolution. Ainsi se créent des liens avec cet enfant qui ne peut être ramené à la maison. Le contact cutané est très diminué entre la mère et l’enfant. Celle ci est souvent désemparée par le brusque retrait du bébé. Les besoins psychologiques des parents… Continuer la lecture

Grossesse: le saviez vous ?

LE SANG DE LA MÈRE ET CELUI DU FOETUS NE SONT JAMAIS MÊLÉS

LE CORDON OMBILICAL

Il relie le foetus au placenta. Blanc et gélatineux, il contient une veine qui achemine la nourriture et l’oxygène du placenta et deux artères qui ramènent les déchets au placenta qui les déverse alors dans la circulation maternelle. Le cordon mesure, à la fin de la grossesse, environ 50 cm pour un diamètre d’environ 2,5 cm, il est très souple et permet donc au bébé toutes les acrobaties. Les échanges cessent d’eux mêmes à la naissance après quelques minutes le cordon cesse alors de battre. li est très intéressant du point de vue médical car il contient des cellules souches utilisées dans la recherche sur les maladies génétiques, on peut être amené à vous demander de prélever du sang à cet effet. La partie du cordon encore attachée à votre enfant tombe d’elle-même une semaine ou dix jours après la naissance.

LA CAVITÉ AMNIOTIQUE

Elle se forme dès la période embryonnaire, environ huit jours après la fécondation. Elle est hermétique et constituée de liquide, les fameuses eaux, et de membranes. Le liquide amniotique est blanchâtre et transparent, il est constitué à 97 % d’eau mais contient aussi les substances présentes dans le sang, les cellules mortes de la peau et du fœtus.

Le fœtus absorbe et boit du liquide amniotique riche en sels minéraux, 500 cm3 par jour. Au moment de l’accouchement, il représente un volume compris entre 50 cl et 1 litre. Ce… Continuer la lecture